SpaceBakery : le projet qui ambitionne de faire cuire et manger du pain sur Mars

9 déc. 2019

Nutrition
R&D

 

Lorsque les premiers êtres humains s’installeront sur Mars, dans l'avenir, pourront-ils y faire cuire et manger du pain ? Tel est l'objectif du programme SpaceBakery, un consortium de sept organisations, dirigé par Puratos.

Mais avant de mettre le fruit de ses recherches à profit pour aider à nourrir les premiers habitants de la planète rouge à la fin du siècle, le projet vise, toutefois, un impact plus immédiat sur la Terre. Il se consacre, en effet, à la manière dont nous pouvons produire des aliments de manière plus durable et contribuera à fournir une alimentation optimale dans de nombreuses régions du monde.

Le consortium vient de recevoir une subvention de 4,5 millions d'euros de la Communauté flamande (VLAIO, Flanders Innovation & Entrepreneurship), contribuant ainsi à un financement total de plus de 6,3 millions d'euros.

Trois conteneurs déjà sur place à Groot-Bijgaarden (Belgique) - où se situe le siège de Puratos - seront prochainement interconnectés et un quatrième conteneur sera ajouté pour le projet SpaceBakery. De l'extérieur, ils peuvent sembler ordinaires, mais à partir du 1er janvier 2020, les chercheurs commenceront à travailler dans cet écosystème fermé de culture et de boulangerie.

Ce qu’ils découvriront pourrait avoir un impact énorme sur la production alimentaire sur Terre, mais aussi sur Mars, une fois que les humains se lanceront dans la conquête spatiale.

Grâce à cette impressionnante infrastructure de culture végétale, les chercheurs des sept membres du consortium apprendront à créer l'environnement idéal pour la production efficace de cultures de blé, ainsi que d'autres plantes qui pourraient être incluses dans le pain pour en augmenter la valeur nutritionnelle.

Mais pourquoi se concentrer sur le pain ? Parce qu'il est hautement nutritif et consommé dans le monde entier, ce qui en fait un candidat idéal comme aliment de base pour l'exploration spatiale.

Avec ce consortium, nous réunissons différents domaines de connaissances et d'expertise belge afin de répondre à une question très importante : comment améliorer encore la valeur nutritionnelle, la durabilité et l'utilisation efficace de l'énergie pour produire des aliments - ici le pain, une de nos principales spécialités - aujourd'hui, mais aussi demain dans des environnements plus difficiles.

Filip Arnaut, directeur R&D du groupe Puratos, déclare :

« Avec ce consortium, nous réunissons différents domaines de connaissances et d'expertise belge afin de répondre à une question très importante : comment améliorer encore la valeur nutritionnelle, la durabilité et l'utilisation efficace de l'énergie pour produire des aliments - ici le pain, une de nos principales spécialités - aujourd'hui, mais aussi demain dans des environnements plus difficiles ».

L'environnement sur Mars est très différent de celui de la Terre ; le manque d'atmosphère, les températures froides et les tempêtes de poussière ne fournissent pas les conditions propices à la croissance des cultures. C'est pour cette raison que la recherche se fera dans les conteneurs connectés, un système fermé et autosuffisant dans lequel le climat peut être adapté pour permettre la croissance des cultures, avec une utilisation optimale des ressources. Parallèlement à la recherche sur les cultures, le consortium étudiera également de nombreux autres aspects impliqués dans l'ensemble du cycle de production alimentaire, tels que l'utilisation et le recyclage des ressources, la surveillance du climat microbien, l'influence du rayonnement et la pollinisation par drones automatisés.

Les partenaires du consortium

La société Urban Crop Solutions, un fournisseur de solutions pour l'agriculture verticale, a développé l'infrastructure de croissance des plantes et concevra une biosphère à climat variable, un bâtiment hermétique dans lequel différentes conditions climatiques peuvent être simulées pour favoriser la croissance d'un large éventail de cultures, associées à une habitation humaine. La société travaillera également à l'élaboration d'un algorithme d'IA pour optimiser la croissance des cultures et réduire au minimum les intrants en ressources.

Magics Instruments, société technologique spécialisée dans le développement de puces à semi-conducteurs et de capteurs intelligents basés sur l'apprentissage automatique, se concentrera sur l'automatisation de la pollinisation et travaillera avec Urban Crop Solutions pour étudier comment l'intelligence artificielle peut optimiser la croissance des cultures.

SCK-CEN, le groupe de recherche BioSciences, étudiera l'effet des micro-organismes sur la libération de nutriments aux plantes et surveillera le climat microbien global dans l'environnement fermé. De plus, ils étudieront l'impact de l'augmentation des rayonnements ionisants, présents dans l'espace et sur Mars, sur la croissance du blé.

L'Université de Gand, par le biais de ses recherches écophysiologiques appliquées aux plantes à la Faculté d’ingénierie bio scientifique, créera un modèle 3D de la croissance et du développement du blé en utilisant la modélisation fonctionnelle et structurelle des plantes et les données provenant de capteurs végétaux innovants. Cette "culture 3D virtuelle" sera ensuite utilisée pour déterminer la manière la plus optimale et la plus durable de cultiver le blé dans le système

L'Université de Hasselt, avec son centre des sciences de l'environnement, analysera comment les déchets de la plante de blé peuvent être utilisés pour rendre circulaire le système fermé de la biosphère en réutilisant la matière organique.

Flanders Food, le pôle agroalimentaire qui soutient le projet, se concentrera sur la collaboration tout au long de la chaîne de valeur alimentaire. Ils guideront également la coordination et la diffusion du projet.

Inge Arents, directrice générale de Flanders FOOD, déclare :

« Le projet Space Bakery est important pour la stratégie de Flanders FOOD. Il s'agit d'un exemple de systèmes agroalimentaires durables et résilients qui mettent l'accent sur la façon dont l'agriculture et la production alimentaire peuvent permettre aux générations futures de profiter d'aliments savoureux pour un mode de vie sain. Nous espérons que ce projet inspirera d'autres entreprises du vaste écosystème de l'industrie alimentaire. Nous sommes reconnaissants à Vlaio d'avoir pu soutenir le financement de ce projet »

Le consortium commencera ses recherches sur notre site de Groot-Bijgaarden le 1er janvier 2020 pour une période de deux ans et demi. Au total, 6,3 millions d'euros seront investis par les sept partenaires pour financer la recherche.

Le projet Space Bakery met l'accent sur la durabilité, la santé et l'utilisation efficace des ressources, offrant des solutions qui seront extrêmement pertinentes pour la technologie spatiale de demain et d'aujourd'hui sur Terre.